Laïcs Missionnaries Comboniens

Partage de Noël

LMC Brasil

Le 24 décembre, veille de Noël, un groupe de responsables de la communauté Nossa Senhora Aparecida d’Ipê Amarelo, paroisse de São Domingos de Gusmão, à Contagem/Minas Gerais, s’est réuni à la maison de mission Santa Teresinha, où vit le LMC, pour partager un moment de prière communautaire, suivi d’un déjeuner partagé, avec la participation de tous.

Pendant la prière, nous avons réfléchi à l’Évangile du 4ème dimanche de l’Avent et chacun a pu écrire le sens de Noël sur une petite étoile et la partager avec les autres. Les étoiles ont ensuite été collées sur une fresque murale qui constituait l’espace de socialisation.

Ce fut un moment important et participatif, qui a permis de renforcer les liens et d’encourager les gens à poursuivre le voyage de la communauté l’année prochaine.

Communauté LMC d’Ipê Amarelo (Brésil)

CFR : école de résistance

LMC Brasil

Aujourd’hui c’est lundi, un des jours les plus chargés, une autre semaine commence à la Casa Familiar Rural, l’école d’agriculture où je donne un coup de main. Nous nous mettons en route : 7h30, moi et Nete, la cuisinière de l’école, commençons à faire les courses de la semaine pour les 30 étudiants de première année, 8h15, les courses sont faites. 8h30, j’appelle le chauffeur des deux bus pour confirmer le transport des élèves, certains viennent de très loin : ils partent de chez eux à 6h, ce n’est qu’après 3h de bus qu’ils arrivent en ville.

Sur la place devant le marché, tout le monde se rassemble, ils viennent de différentes parties de la région, et à 10 heures du matin, un bus prend les garçons et se rend à l’école.

La Casa Familiar Rural est située au milieu d’un mélange de “campagne et de forêt”. Pour y accéder, il faut traverser le quartier ouvrier Jardim de Aulidia, un ensemble de maisons qui se ressemblent toutes sur l’horizon vallonné, un quartier de sardines à la sortie d’Acailandia. Après l’avoir dépassé, on se retrouve devant une maison en terre, comme on dirait, construite avec des biomatériaux, enfin entourée de verdure.

Vous continuez maintenant sur la longue route de terre, des deux côtés les pâturages s’étendent à perte de vue dans un va-et-vient entre les collines de la vallée. À mi-chemin, le paysage change : à gauche se trouve une culture du système agroforestier, tandis qu’à droite se trouve une zone de forêt vivante, encore intacte, jusqu’à ce qu’enfin, devant vous, se trouve la Casa Familiar Rural (Maison Familiale Rurale).

N’imaginez pas une grande école comme celles auxquelles nous sommes habitués ; un maximum de 35 à 40 étudiants par semaine étudient ici. C’est un environnement accueillant, très rustique, c’est une “maison-école”, avec des dortoirs, deux salles de classe, le grand réfectoire avec des tables en bois, la bibliothèque, la salle d’informatique et le laboratoire. Et puis, tout autour, des espaces verts gérés de diverses manières : potager, jardin fruitier, ruche, plantes médicinales, poulailler et porcherie. Le tout en fonction de l’étude et de l’apprentissage.

Les élèves de la maison sont des jeunes de 15 à 19 ans qui suivent l'”ensino medio”, qui dure trois ans et qui est l’équivalent de notre lycée avec une orientation agricole. C’est pourquoi l’école utilise ce que l’on appelle la pédagogie de l’alternance, puisqu’au cours de l’année, ils alternent constamment une semaine à l’école et une semaine à la maison, afin de ne pas enlever un soutien important au travail dans les champs, mais aussi parce qu’à travers ces années d’études, l’objectif est que les garçons et les filles ramènent de nouvelles techniques et améliorent l’agriculture de la famille en la développant d’un point de vue agroécologique.

La particularité est qu’il y a 10 heures de cours par jour : des matières fondamentales et techniques : des mathématiques à celle des animaux, de l’élevage à l’histoire. Un programme intense entre la pratique et la théorie, une école qui devient une famille grâce au temps passé ensemble, et qui devient une maison parce que chacun a la responsabilité de garder cet endroit propre en faisant sa part.

Mais ce n’est pas une école comme les autres : c’est une école qui symbolise la RÉSISTANCE. Ici, en effet, il faut résister pour survivre à ce qu’on appelle l’AGRONEGOTIUM, c’est-à-dire ces grands producteurs de Soja et d’Eucalyptus qui, avec leurs monocultures, envahissent, dévastent et minent l’environnement, en encourageant la déforestation et l’utilisation d’agrotoxiques par épandage aérien. Un outil qui tue à petites doses les communautés qui tentent encore de vivre de la campagne et de l’agriculture familiale.

Ceux qui choisissent de venir dans cette école choisissent de donner un avenir différent non seulement à leur famille mais aussi à leur communauté. L’objectif est de former ces garçons et ces filles à prendre soin de leur terre grâce à des méthodes agricoles innovantes, capables de s’adapter à l’environnement sans le détruire.

Anna et Gabriele, LMC au Brésil

Essa Luta è Nossa (C’est notre combat)

LMC Brasil

PODCAST 2 – DÉBUT DE LA CHANSON “Essa Luta è Nossa Essa Luta è do pouvo…”

Bonjour, nous sommes Anna et Gabriele, et voici Ciranda, le podcast sur notre expérience missionnaire au Brésil. Nous essayons de vous faire découvrir les choix de vie quotidiens de ceux qui vivent dans cette partie du monde.

Edvar Dantas Cardeal vit dans un petit village, à la périphérie d’Açailândia, dans l’arrière-pays du Maranhão. Malheureusement, il n’a pas encore d’histoire propre, car il vit là où personne ne voudrait vivre. Lorsqu’il est arrivé à Piquiá, il a aimé le nom de l’endroit, en hommage à l’un des plus grands arbres de la région aux fruits délicieux, le Piqui.

La communauté de Piquiá de Baixo (ainsi appelée parce qu’elle est située plus bas que le quartier voisin) a été créée dans les années 1970, lorsque cette partie de la région était encore appelée “les portes de l’Amazonie”, riche en végétation. Les gens plantaient et pêchaient dans la rivière qui embrassait les rives de la communauté. C’était un petit paradis dans la mémoire des habitants.

Puis, dans les années 1980, est arrivé le “développement”, qui a même changé le nom du village en “Pequiá”, acronyme de “PetroQuímico Açailândia”. Açailândia elle-même, ou “ville de l’açaí”, un autre fruit savoureux typique de la région, a perdu le sens de son nom, où progrès et respect de la vie ne peuvent coexister.

À côté de la maison d’Edvar, 14 fours à acier, une centrale thermoélectrique et, enfin, une aciérie ont été installés. Les habitants de Piquiá ne savaient même pas ce qu’était une aciérie et ce que cela signifiait pour leur santé, leur vie et qu’ils ne seraient plus que des engrenages dans cette machine industrielle. Les entreprises sont arrivées avec des manifestes de travail, de travail pour tous, mais l’intention était toujours et seulement de s’installer là pour faire le maximum au prix le plus bas possible, en trompant la communauté et en détruisant le mode de vie de ces familles.

Nous sommes en 2005, Edvar se dirige vers la petite maison de l’association des habitants de Piquiá di Baixo dont il est membre, cela peut sembler être un jour comme les autres mais peut-être ne sait-il pas qu’à partir de ce jour, la véritable lutte et la résistance de sa communauté ont commencé ! Il est fatigué de voir la poussière de fer tomber du ciel et se déposer sur toutes les surfaces qu’il trouve. Il voit ses amis et ses proches tomber de plus en plus malades : fortes complications respiratoires, infections cutanées, maux de tête incessants, problèmes intestinaux, épuisement… son village bien-aimé se désagrège de plus en plus.

Edvar a attendu 60 jours avant de pouvoir prendre un stylo et une feuille blanche, il ne sait pas comment commencer à écrire cette lettre, comment utiliser les meilleurs mots pour parler de sa communauté, mais il sait avec certitude à qui elle sera adressée : le président Luiz Inácio Lula da Silva !

Peu de temps après, la réponse est arrivée, avec des indications sur les itinéraires et les organismes publics à contacter. Les habitants de Piquiá ont vite compris que seuls, même s’ils étaient nombreux, ils ne pourraient pas lutter contre un rocher de la taille d’une aciérie. Ils ont donc peu à peu réussi à tisser autour d’eux un solide réseau d’alliés, qui ont porté les plaintes et les demandes de la communauté auprès d’institutions internationales telles que l’ONU. Ainsi, la lutte commencée par Edvar est devenue celle de tous, de la communauté des Pères Comboniens et des associations qui, au fil du temps, se sont jointes à cette grande résistance.

Parmi toutes les mobilisations menées par la communauté au fil des ans, certaines ont été très marquantes, comme celle qui a eu lieu en décembre 2011, lorsque des centaines de résidents ont défilé et bloqué la super route qui relie Açailândia à São Luís. Le blocage a duré plus de quatre heures et a donné lieu à une manifestation prolongée avec des pneus enflammés. Une autre manifestation remarquable a été celle qui a contraint les aciéries à payer l’expropriation, lorsque les habitants ont fait un réel effort de coopération et, divisés en équipes, ont fermé les portes d’entrée et de sortie des industries pendant 30 heures.

Nous devons faire le possible dans l’impossible”, répétait Edvar à ses concitoyens de Piquiá, et cette lutte, entre toutes, a porté ses fruits. Grâce à toute cette mobilisation, l’approbation du projet urbain du nouveau quartier a été obtenue le 31 décembre 2015. En raison de la bureaucratie, qui est l’un des instruments d’oppression des pauvres, les ressources nécessaires pour commencer les travaux n’ont été mises à disposition qu’en novembre 2018, lorsque les travaux ont commencé pour un nouveau quartier : “PIQUIA DA CONQUISTA !

Edvar Dantas Cardeal est décédé le 23 janvier 2020, victime de la maladie qu’il combattait. Ses poumons ont été contaminés par de la poudre de fer et son combat s’est achevé après plus d’un mois en soins intensifs, suite à une insuffisance respiratoire et à d’autres complications.

Edvar Dantas, qui a commencé ce combat, n’en verra jamais la fin, mais ses idées et son espoir vivent dans le nouveau peuple de Piquiá da Comquista!

BATE PAPO

La lutte est donc toujours en cours et son issue est sujette à débat.

Les succès de la communauté ont été significatifs, surtout si l’on considère la disproportion d’échelle entre la communauté locale et l’industrie nationale/mondiale. C’est peut-être la raison pour laquelle les revendications de la communauté de Piquiá de Baixo transcendent la lutte locale et deviennent une bannière plus large qui expose l’autre facette des programmes de développement. Tout en atteignant des niveaux internationaux (comme l’ONU), cette lutte se déroule sur le terrain de la communauté, dans des relations humaines directes, comme l’exprime si bien la lettre que M. Edvard a écrite à son neveu Moisés : “La beauté de cette lutte est que nous ne nous fatiguons pas, et quand il y a une défaite, nous réagissons avec plus d’enthousiasme et de conviction : il est très clair que nous sommes des victimes, il y a une injustice évidente ! La loi ne peut pas se tromper : nous serons indemnisés ! Parfois, même les grands-parents se font des illusions et rêvent comme un jeune inexpérimenté… Après tout, c’est l’espoir qui nous fait vivre. Mais j’ai appris, Moïse, que l’espoir est un enfant qui a besoin de deux grandes sœurs : la patience et la sagesse.

“UN JOUR, VOUS, LES NOUVELLES GÉNÉRATIONS, VOUS RACONTEREZ CETTE HISTOIRE DANS LE NOUVEAU BARRIO : PIQUIA DA CONQUISTA !

C’est la chanson de la ciranda ; elle se danse en cercle, chaque membre embrassant ses voisins et se déplaçant au rythme en tapant du pied bruyamment. Cette chanson est une danse liée à la tradition folklorique brésilienne.

SEU EDVAR DANTAS, PRESENT !

Anna et Gabrielle, LMC au Brésil

Comment tout a commencé

LMC Piquia

PODCAST 1 – On commence par la chanson de la ciranda.

Il s’agit de la chanson de la ciranda, dansée en cercle, chaque membre embrassant son voisin et se déplaçant au rythme en tapant du pied. Cette chanson est une danse liée à la tradition folklorique brésilienne.

Bonjour, nous sommes Anna et Gabriele, et voici Ciranda, le podcast sur notre expérience missionnaire au Brésil. Nous essayons de vous faire découvrir les expériences quotidiennes de ceux qui vivent dans cette partie du monde.

Nous partons d’une question qui nous a été posée à plusieurs reprises au cours de l’année écoulée : que signifie partir avec les laïcs missionnaires comboniens ? Qui sont-ils ? Et pourquoi précisément au Brésil ?

Nous avons connu la réalité des Laïcs Missionnaires Comboniens (LMC) après quelques rencontres de bouche à oreille dans la région de Venegono. Les LMC sont nés du charisme de Saint Daniel Comboni. Un prêtre de la première moitié du XIXe siècle, qui a consacré sa vie à la mission d’une manière nouvelle pour l’époque et probablement aussi pour aujourd’hui, dans le but, comme il le disait, de “sauver l’Afrique avec l’Afrique”.

Les Laïcs Missionnaires Comboniens perpétuent cet esprit dans les différentes missions du monde, en accompagnant la présence combonienne sur le terrain.

Pour mieux comprendre cette nouvelle manière de faire et d’être mission, différente de ce que nous avons connu dans le passé, nous avons entrepris un parcours de deux ans pour connaître le LMC, à la fin duquel, avec notre groupe de référence, il nous a été proposé de faire un temps d’expérience dans une réalité internationale. Nous nous étions proposés pour les zones de mission d’Amérique latine et, en même temps, dans la mission du Brésil, l’urgence s’était fait sentir de trouver un couple de volontaires qui puissent poursuivre la présence des laïcs, déjà insérés depuis plusieurs années dans la réalité de Piquià. En mai 2022, nous avons donc quitté notre petite maison de Cuneo pour partir au Brésil, dans l’état de Maranhão, municipalité d’Acailândia, plus précisément dans le petit district de Piquià. Cette expérience de trois mois nous a permis d’expérimenter le mode de vie combonien, d’apprendre le portugais et d’observer la réalité des différents projets dans lesquels la famille combonienne est impliquée. Il s’agit principalement de trois réalités : la casa familiar rural (une école pour les enfants des zones rurales), la réalité de Piquià de Baixo (une communauté affectée par la pollution des industries sidérurgiques), et les familles de l’intérieur vivant à la campagne, isolées et affectées par l’agro-industrie (c’est-à-dire la déforestation et la monoculture du soja et de l’eucalyptus).

Le temps passé à Piquià a été court mais suffisant pour nous faire comprendre que ce serait notre maison pour les trois prochaines années.

La particularité de cette expérience est aussi le choix de vivre avec les Comboniens, qui vivent dans la maison voisine de la nôtre. Ainsi, non seulement nous sommes inclus dans la paroisse et impliqués dans les différentes activités pastorales, mais nous partageons aussi avec eux les temps de prière, les dîners et les autres moments de la vie quotidienne, en faisant des choix en commun. C’est cela la famille combonienne, où les laïcs et les pères comboniens font la mission ensemble.

Le dialogue

QUE SIGNIFIE SAUVER L’AFRIQUE AVEC L’AFRIQUE ?

CE QUI NOUS A FRAPPÉ DANS CE STYLE…

POURQUOI TROIS ANS ?…

Anna et Gabrielle, LMC au Brésil

Fête Combonienne

Comboni

La paroisse de Saint Daniel Comboni, à Guriri, diocèse de São Mateus, dans l’état d’Espírito Santo, a commencé la fête de Saint Daniel Comboni le dimanche 1er octobre. La célébration a commencé par la bénédiction de l’image du saint patron contenant la relique de Saint Daniel Comboni, suivie d’une procession de la résidence de l’évêque émérite Aldo Gerna à l’église paroissiale. L’image de Saint Daniel Comboni a été sculptée en bois spécialement pour la première paroisse combonienne au monde par le sculpteur Werner Thaler, de la ville de Treze Tílias à Santa Catarina.

P. Raimundo Rocha

Provincial des Missionnaires Comboniens du Brésil