Expériences Missionnaires

Interview à Anna Obyrtacz à la radio Maria au Congo

  • Anna Congo
    1. Bonjour Anna. Pourriez-vous vous présenter aux auditeurs: parlez-nous de votre famille ?

    Bonjour mon père. Bonjour à tous.

    Je m’appelle Anna Obyrtacz. Je viens à Cracovie en Pologne. Je suis chrétienne, catholique et je suis Laïque Missionnaire Combonienne. J’ai 30 ans (trente ans). Je suis à Kinshasa depuis 22 janvier 2016. Je suis venu ici pour apprendre de français. Je suis encore à Kinshasa pour une semaine et après, je vais aller à la République centrafricaine pour la mission pour deux ans. Je vais travailler avec le pygmées de Mongoumba. Le village est situé à 200 km environ au sud de Bangui, la capitale de la République centrafricaine.
    Ma famille vit en Pologne et elle attend mon retour, 🙂 mais j’espère qu’elle viendra me voir un jour en Afrique. Je suis née dans une famille de 4 enfants et moi je suis avant dernier.

    Ma famille c’est mon père Jean, ma mère Joséphine, mes frères et mes soeurs. Ma grande soeur ainée s’appelle Kinga, après elle il y a mon grand frère Christoper, après moi mon petit frère Michel. Mon grand frère est marié et il est père de deux enfants, un garçon et une fille.

    1. La Pologne est-il un pays plus catholique que le Congo?

    Avec le temps que j‘ai passé ici à Kinshasa quand je regarde les chiffres, je peut dire que au Congo comme en Pologne il y a beaucoup de chrétiennes catholiques. Mais nous pouvons dire aussi que le nombre ne reflète pas toujours la vérité.

    Pour moi la comparaison est difficile parce qu’on n’a pas les mêmes réalités et aussi je n’aime pas comparer la foi. Et d’ailleurs, je pense moi-même qu’il ne s’agit pas des nombres mais il s’agit « qualité » de notre foi.

    1. Comment est née votre vocation de laïque combonienne ?

    On dit c’est le mystere de la vocation 🙂

    Moi, je pense que ma vocation a commencé beaucoup plus qu’avant je pense.

    Quand j’étais jeune, je ne pensais pas aux missions. Je voulais toujours vivre et travailler en Pologne mon pays. Mais aujourd’hui je pense que le travail c’est le même partout au monde, également les gens sont les mêmes partout au monde.

    J’ai connu les Missionnaire Combonien (MCCJ) en mars 2012 en Cracovie, pendant qu’ils organisé l’adoration à l’intention des missionnaires martyrs. En Pologne il y a deux communautés Missionnaire Combonien à Cracovie et à Varsovie.

    Et je participais aux réunions pastorales de missionnaires pour les étudiants.

    Et puis, je fais partie du mouvement missionnaire TUCUM, associé au Missionnaires Combonienne en Pologne qui exercent leur activité missionnaire en paroisse. Ce sont des gens qui veulent vivre consciemment et travailler ensemble. Nos activités: la prière, des actes de charité, la promotion de la mission. Nous avons un signe d’appartenance au mouvement c’est l’anneau noir.

    Je aussi travaillais avec des enfants. C’était un groupe d’enfants apostoliques de ma paroisse natale. Apres j’ai dirigé aussi un groupe de missionnaires pour les enfants à ma paroisse à Cracovie. Là des réunions ont une fois par semaine, on médité la parole de Dieu et on parlerait sur des sujets missionnaires. On invite les missionnaires et regarde des films missionnaires. On priait toujours pour les missions.

    J’ai été bénévole à la fondation polonaise, qui aide les patients à l’hématologie et d’oncologie.

    Avant de venir ici je travaillais comme spécialiste dans le département de l’investissement – dans une institution publique pour la construction et l’entretien des routes publiques.

    Toute ma vie c’est un moment de discernement ma vocation. Je veux vivre pleinement et en vérité pour Dieu, quoique humain je tombe très souvent, je sais qu’il y a quelqu’un à qui je peux toujours compte.

    Dieu est toujours avec moi donc tous les étape de ma vie.  IL a préparé pour moi un chemin, IL a donné des signes. Il m’a permis de découvrir mon identité laïque, identité missionnaire et identité Combonienne. Ensuite, IL m’a aidé à prendre la décision de partir en mission. Dieu a enlevé la peur et a donné la force et la confiance.

    Le moment le plus important de ma vocation c’était la formation de la communauté LMC:

    – chaque mois j’avais une réunion de formation pour explorer et découvrir le charisme et la spiritualité de st. Daniel Comboni

    – La prière individuelle (méditation)

    – La prière communautaire

    – le discernement avec les autres

    – La direction spirituelle

    Chaque jour je découvre ma vocation, pour moi c’est un processus permanent.

    1. Pourquoi avez-vous choisi l’Afrique, précisément la Centrafrique pour aller en mission et pas ailleurs?

    Après avoir reçu ma vocation de LMC je n’ai pas pensé à l’endroit de ma mission. Je savais seulement que j’irai où il sera nécessaire ou bien où je serai utile selon ce qu’a dit notre fondateur St. Daniel Comboni: « pour les plus pauvres et les plus abandonnés ». Pour moi l’endroit ne comptait pas beaucoup. En termes d’endroit, je suis ouverte à ce que Dieu prépare pour moi, parce que j’ai confiance qu’il choisir mieux que moi, que Dieu sait  mieux que moi.

    Comme Mouvement International des Laïcs Missionnaires Comboniens nous avons déjà plusieurs communautés internationales en Afrique: en Éthiopie, en Ouganda, au Mozambique, en République centrafricaine, en Zambie et aussi en Amérique du Sud. Nous nous occupons tout d’abord de ces lieux où nous sommes installés pour travailler, mais nous pouvons aussi aller ailleurs au besoin.

    Le choix d’un endroit tient compte de la profession, la préférence de la personne qui quitte, mais bien sûr aussi la nécessité de l’église locale, la priorité est les lieux de la première évangélisation et le meilleur des plus pauvres, assurer la continuité des communautés.

    Il est également important que la décision soit partagée par la personne et l’équipe de coordination de leur pays.

    Mais je devait soit l’Afrique soit l’Amérique du Sud. Au cours de ma formation j’étais en Ouganda pour un mois et c’etais ma première expérience de l’Afrique. Je pense Afrique est devenu proche de mon cœur.

    J’ai connu les situations de nos communautés, et je savais qu’en République centrafricaine les gens n’ont pas le travail.

    Mais aussi on a parlé de la situation politique difficile, instable et dangereuse.  De plus, je savais aussi que je devais apprendre la langue le français.

    Ce n’etais pas une décision facile, je dirai même difficile. Vous pouvez choisir quelque chose de plus sûr et plus facile. Mais, est-ce mon choix est facile? Est-ce je vais pour ce que Dieu m’appelle?  On sait que faire la volonté de Dieu ne pas facile humainement.  Mais je suis sûr avoir choisi le meilleur.

    Donc, j’ai choisi comme pays de mission, j’ai décidé aller de en République centrafricaine.

    1. Ou’avez-vous appris pendant votre sejour, les 3 mois du Congo et de l’eglise de Kinshasa en particulier?

    En particulier, si je suis au Congo c’est pour apprendre la langue il fallu de la patience pour moi-même. D’ailleurs, tous les jours j’ai appris à vivre la réalité quitté en Pologne et c’était parfois difficile. Pourquoi, parce que maintenant, dans à de l’internet nous avons la facilité d’être communication permanent avec ma famille, avec mes amis en Pologne, étant loin nous pouvons être proche.

    Pour moi, la mission est avant tout vivre avec les gens. Par les conversation que j’ai appris à connaître la réalité à laquelle j’ai été envoyé, ce autrement la mission c’est quitté ta réalité pour vivre une autre réalité.

    Je pense, l’avenir montrera ce que j’ai appris au Congo et est-ce j’étais un bon élève ?

    Une autre chose très importante, pendant mon séjour à Kinshasa j’ai appris aussi l’ouverture  à ce qui est nouveau. Bien que cela est different en Pologne.

    1. Ou el message avez-vous à l’endroit des jeunes et surtout des laïcs Africains ?

    Cherchez le Seigneur dans votre vie chaque jour, dans tout ce que vous-faitez découvert ce qu’il a préparé pour vous.

    Jeunes, vivez solen le plan de Dieu parce que cela est la meilleur.

    Nous savons que la vie ne se sauret pas sur cette terre, mais il est seulement une étape.

    Suviennez-vous que vous n’êtes pas seuls. Malgré la souffrance quand tu vus dans la solitude, Dieu est toujours présent.

    N’ayez pas peur de vivre avec passion et faitez ce que vous aimez.

    Une autre chose que mon évêque m’a dit avant d’aller en mission: « ni la foi ni la science, mais seulement l’amour qui nous aidera à connaître et à l’expérience de Dieu » Et nous devons dire ça à d’autres personnes parce que c’est le plus important et le premier commandement de Dieu.

    Moi aussi je recommande cela à tout le monde.

    1. Quel plat congolais vous plait le plus ?

    J’aime du poisson, en particulier du poisson salé et aussi du pondu, bien sûr préparé par Irene. Irene est une laïque combonienne de Kinshasa, qui m’a offert l’hospitalité pendant mon séjour ici.

Anna Congo

Merci beaucoup

Anna Obyrtacz LMC

Accaparement de terres et la promotion de la bonne gouvernance en Afrique

landgrab

L’accaparement de terres et la bonne gouvernance sont débattus dans le cadre d’une conférence panafricaine exceptionnelle commençant aujourd’hui, à quelque jours de la visite du Pape en Afrique

La conférence offrira notamment un état des lieux de l’accaparement de terres en Afrique, des études de cas de résistances contre l’accaparement de terre ainsi que les réponses apportées par l’Église et son engagement croissant sur cette problématique.

tierra

Terrain de la communauté Gassol qui ont été alloués à Dominion Farms au Nigeria. Photo par CEED

L’accaparement de terres est un problème frappant l’ensemble de l’Afrique et qui requiert une sérieuse attention au vu de son impact négatif sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés affectées. L’accaparement de terres est déjà responsable de l’éviction de leurs terres de centaines de milliers de personnes, les coupants des ressources naturelles dont ils dépendaient et menaçant leur moyens de subsistance.

L’accaparement de terres et la gouvernance sont des problématiques qui constituent de réelles menaces pour la souveraineté alimentaire. Celle-ci seront au centre des discussions tout au long de la conférence « accaparement de terres et la promotion de la bonne gouvernance en Afrique » qui s’ouvre aujourd’hui à Nairobi, Kenya. Celle-ci est organisée par SCEAM (Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et Madagascar) avec la collaboration d’AEFJN (Africa Europe Faith and Justice Network), AFJN (Africa Faith & Justice Network) ainsi que de la CIDSE (alliance internationale d’agences de développement catholiques). Cet événement rassemblera environs 150 participants d’Afrique et du monde entier, y compris de nombreuses personnes impliquées dans la lute contre l’accaparement de terres.

L’accaparement de terres est souvent décrit comme l’acquisition par des multinationales, des gouvernements ou des individus de grandes surfaces de terre dans des pays en voie de développement. Suite à la crise alimentaire de 2008, ce type de transactions a fortement augmenté, cette dernière ayant incité les investisseurs à s’intéresser aux potentielles transactions foncières qu’ils pouvaient réaliser dans les pays du sud – et particulièrement en Afrique – en vue d’y produire des aliments et des agrocarburants destinés à l’export et au marché international. De grandes superficies de terres ont aussi été achetées à des fins spéculatives.

Parmi les études de cas qui seront présentées durant la conférence on compte celle de Senhuile SA – un projet Italien – qui a loué 20.000 hectares de terres de la réserve de Ndiaël au Sénégal. Ces terres étaient utilises depuis des décennies par une quarantaine de villages de la région. Depuis les villageois sont en conflit continu avec l’entreprise et désirent voir ce projet annulé. Le cas d’agriculteurs Nigérians et Kenyans qui se sont vus forcés de quitter les terres qu’ils occupaient depuis de nombreuses générations afin que la compagnie américaine Dominion Farms y développe des rizières sera aussi discuté. D’autres cas impliquant les investissements fonciers de Bolloré en Cote d’Ivoire, au Cameroun au Liberia ainsi qu’au Sierra Leone de même que des cas issus du Mozambique, de la République démocratique du Congo seront aussi abordés.

landgrabCette conférence se tient quelques jour savant la visite du Pape Francois au Kenya, en Ouganda et en République Centrafricaine. Le Pape a déjà partagé sa grande préoccupation au sujet de l’accaparement des terres. Dans un discours prononcé à Rome en Juin 2015 devant l’organisation des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), le Pape François a affirmé que « l’accaparement des terres cultivables par des entreprises transnationales et par des États est une cause croissante de préoccupation. Non seulement les agriculteurs sont privés d’un bien essentiel, mais en outre la souveraineté des pays est directement atteint ». Le Saint-Père a également souligné le fait qu’il existe déjà de « nombreuses les régions où les denrées alimentaires qui sont produites vont à des pays étrangers et où la population locale s’appauvrit doublement car elle n’a ni nourriture ni terres ».

Les dangers de l’accaparement de terre ont également été exposés dans l’encyclique du Pape « Laudato Si ». Dans celle-ci le Pape y dénonce une approche du foncier basée sur l’exploitation tout en rappelant que « pour les populations indigènes, la terre n’est pas un bien économique mais un don de Dieu et de ses ancêtres qui y reposent, un espace sacré avec lequel elles doivent interagir pour soutenir leur identité et leurs valeurs. Quand elles restent sur leurs territoires, ce sont précisément elles qui les préservent le mieux. Néanmoins, dans le monde entier, ce sont des cibles de pression pour qu’elles abandonnent leurs terres afin de les libérer pour des projets d’extraction et agricoles [industriels] qui ne se préoccupent nullement de la dégradation de la nature et de la culture » (146).

En soutien à l’encyclique et à l’approche de la COP21 à Paris, les différentes conférences des Evêques du monde entier on signé le 22 octobre un appel insistant pour que la COP21 assure « l’accès des populations à l’eau et à la terre pour avoir des systèmes alimentaires résilients et durables, qui donnent la priorité aux solutions trouvées par les personnes plutôt qu’au profit ».

Cette conférence a pour objectif de développer des stratégies pour soutenir et renforcer les communautés locales dans leur lutte pour stopper cette menace et pour construire de la résilience.

landgrab Envoyer par Flávio Schmidt (participant LMC Mozambique)

La voix à la mission

Nous avons reçu avec joie, un témoignage de la Mission de la Séculière Combonienne Palmira Pinheiro qui est actuellement dans la République Centrafricaine avec la LMC Élia Gomes. Ici, nous laissons le témoignage des joies et des fatigues de cette mission dès le cœur de l’Afrique

LA VOIX À LA MISSION

Même si, aujourd’hui n’est pas samedi, le Samedi est arrivé! Comme toujours en dehors de l’horaire, quand j’ai déjà fermé la porte du Dispensaire et avec en vie de me reposer un peu parce que la fatigue se fait déjà sentir. Cependant, même je commence à faire des réprimandes à sa mère, parce que ce n’est pas l’horaire, son sourire, ses petits yeux vives semblables à deux étoiles, leurs petits bras étendues pour me prendre…, me faire tomber entièrement de ma mauvaise humeur. Je les aime tous, mais Samedi a une place spéciale dans mon cœur. Il est un de mes premiers cas de succès ! Il était un enfant destiné à mourir, mais la vie a gagnée !Palmira

Dans la deuxième semaine que je suis arrivé ici, dans une journée, alors qu’il était la porte du dispensaire fermée, une femme (pygmée) est apparue. M’a donné l’idée que c’était une femme avec des problèmes mentaux ; elle tenait en bras un petit enfant qui, selon l’explication de quelqu’un qui l’a accompagné, serait prématuré. La mère n’aurait pas du lait pour le nourrir. J’ai pesé le bébé, qui n’avait plus que 2 kilos, mais il était un bébé «temps» car les pygmées sont petits. Ce qu’il avait était vraiment faim. Sa mère, qui semblait déprimé, mais avec des seins énormes, ne était pas motivée lui donner son sein, de sorte que les glandes mammaires avaient besoin d’être stimulées par la succion du bébé en vue de sucer « le jus de la vie « .

Nous l’avons laissée dans le Centre de réadaptation pendant environ un mois et demi dans lequel nous avons essayé de nourrir la mère et encourager l’enfant à téter. Ceci n’était pas évident étant donné que nous ne pouvions pas être toujours présents. Ainsi, toujours nous la trouvions couchée au Centre de réadaptation avec poitrine énorme étendue, l’enfant couché aussi à côté, mais bien sûr, sans la capacité de prendre le sein de sa mère et téter. Nous avons demander à une autre mère, également une pygmée, et qui était au Centre pour accompagner son petit sous-nourrit – Jean Pierre – un autre de mes « favoris », à qui nous avons confié la responsabilité de dire constamment à la mère de Samedi pour allaiter l’enfant. Ainsi, il a réussi à surmonter la phase la plus critique, dans laquelle, pour aggraver les choses apparaissaient certaines maladies (paludisme, pneumonie, diarrhée, etc.) aux quels on répondait avec une médication appropriée. Jusqu’au jour où la mère a décidée de s’en aller sans rien dire et nous faire perdre l’espoir… là nous avons dit : -« il mourra, il n’aura pas de chance !» Mais, avec notre grande surprise, elle est revenue deux semaines plus tard avec l’enfant. Il avait une pneumonie grave, et nous avons des doutes s’il se sauverait. Après quelques jours avec le traitement, l’alimentation de la mère pour qu’elle à son tour bien nourrisse l’enfant… elle a quittée le traitement et est retournée au «Campement». Et ainsi de suite, elle a continuée à «apparaître» quand l’enfant devenait très malade et nous avons continuer à nous dire : – «Maintenant il n’échappe pas !» Cependant, la «VIE» est plus fort que la mort et Samedi a vaincu !!! Maintenant il a 9 mois, continue petit, mais il pèse déjà 8 kilos. C’est bien ! Quand je m’approche de lui, il saute de joie, il ouvre son sourire et le bras pour venir à moi.

Palmira

Je le prends contre ma poitrine comme un fils bien-aimé au quel je sens avoir pu aider à vivre. Il rigole, rit et s’amuse. C’est un enfant heureux! Tout en continuant à faire leurs crises de paludisme, la diarrhée, la bronchite, etc., mais, au moins, la mère a toujours l’apporte chez nous quand cela arrive, car en plus des médicaments, toujours nous lui donnons un sac plein de nourriture pour le deux.

Je pense que pour moi-même et pour Dieu: «Bien, même si j’aurais fais rien d’autre, il fait déjà du sens être venu à Mongoumba et voir cet enfant sourire après l’avoir regardé destiné à mourir ».

Salutations à tous.

Palmira Pinheiro (MSC)