Tag Archive for Pologne

Interview à Anna Obyrtacz à la radio Maria au Congo

  • Anna Congo
    1. Bonjour Anna. Pourriez-vous vous présenter aux auditeurs: parlez-nous de votre famille ?

    Bonjour mon père. Bonjour à tous.

    Je m’appelle Anna Obyrtacz. Je viens à Cracovie en Pologne. Je suis chrétienne, catholique et je suis Laïque Missionnaire Combonienne. J’ai 30 ans (trente ans). Je suis à Kinshasa depuis 22 janvier 2016. Je suis venu ici pour apprendre de français. Je suis encore à Kinshasa pour une semaine et après, je vais aller à la République centrafricaine pour la mission pour deux ans. Je vais travailler avec le pygmées de Mongoumba. Le village est situé à 200 km environ au sud de Bangui, la capitale de la République centrafricaine.
    Ma famille vit en Pologne et elle attend mon retour, 🙂 mais j’espère qu’elle viendra me voir un jour en Afrique. Je suis née dans une famille de 4 enfants et moi je suis avant dernier.

    Ma famille c’est mon père Jean, ma mère Joséphine, mes frères et mes soeurs. Ma grande soeur ainée s’appelle Kinga, après elle il y a mon grand frère Christoper, après moi mon petit frère Michel. Mon grand frère est marié et il est père de deux enfants, un garçon et une fille.

    1. La Pologne est-il un pays plus catholique que le Congo?

    Avec le temps que j‘ai passé ici à Kinshasa quand je regarde les chiffres, je peut dire que au Congo comme en Pologne il y a beaucoup de chrétiennes catholiques. Mais nous pouvons dire aussi que le nombre ne reflète pas toujours la vérité.

    Pour moi la comparaison est difficile parce qu’on n’a pas les mêmes réalités et aussi je n’aime pas comparer la foi. Et d’ailleurs, je pense moi-même qu’il ne s’agit pas des nombres mais il s’agit « qualité » de notre foi.

    1. Comment est née votre vocation de laïque combonienne ?

    On dit c’est le mystere de la vocation 🙂

    Moi, je pense que ma vocation a commencé beaucoup plus qu’avant je pense.

    Quand j’étais jeune, je ne pensais pas aux missions. Je voulais toujours vivre et travailler en Pologne mon pays. Mais aujourd’hui je pense que le travail c’est le même partout au monde, également les gens sont les mêmes partout au monde.

    J’ai connu les Missionnaire Combonien (MCCJ) en mars 2012 en Cracovie, pendant qu’ils organisé l’adoration à l’intention des missionnaires martyrs. En Pologne il y a deux communautés Missionnaire Combonien à Cracovie et à Varsovie.

    Et je participais aux réunions pastorales de missionnaires pour les étudiants.

    Et puis, je fais partie du mouvement missionnaire TUCUM, associé au Missionnaires Combonienne en Pologne qui exercent leur activité missionnaire en paroisse. Ce sont des gens qui veulent vivre consciemment et travailler ensemble. Nos activités: la prière, des actes de charité, la promotion de la mission. Nous avons un signe d’appartenance au mouvement c’est l’anneau noir.

    Je aussi travaillais avec des enfants. C’était un groupe d’enfants apostoliques de ma paroisse natale. Apres j’ai dirigé aussi un groupe de missionnaires pour les enfants à ma paroisse à Cracovie. Là des réunions ont une fois par semaine, on médité la parole de Dieu et on parlerait sur des sujets missionnaires. On invite les missionnaires et regarde des films missionnaires. On priait toujours pour les missions.

    J’ai été bénévole à la fondation polonaise, qui aide les patients à l’hématologie et d’oncologie.

    Avant de venir ici je travaillais comme spécialiste dans le département de l’investissement – dans une institution publique pour la construction et l’entretien des routes publiques.

    Toute ma vie c’est un moment de discernement ma vocation. Je veux vivre pleinement et en vérité pour Dieu, quoique humain je tombe très souvent, je sais qu’il y a quelqu’un à qui je peux toujours compte.

    Dieu est toujours avec moi donc tous les étape de ma vie.  IL a préparé pour moi un chemin, IL a donné des signes. Il m’a permis de découvrir mon identité laïque, identité missionnaire et identité Combonienne. Ensuite, IL m’a aidé à prendre la décision de partir en mission. Dieu a enlevé la peur et a donné la force et la confiance.

    Le moment le plus important de ma vocation c’était la formation de la communauté LMC:

    – chaque mois j’avais une réunion de formation pour explorer et découvrir le charisme et la spiritualité de st. Daniel Comboni

    – La prière individuelle (méditation)

    – La prière communautaire

    – le discernement avec les autres

    – La direction spirituelle

    Chaque jour je découvre ma vocation, pour moi c’est un processus permanent.

    1. Pourquoi avez-vous choisi l’Afrique, précisément la Centrafrique pour aller en mission et pas ailleurs?

    Après avoir reçu ma vocation de LMC je n’ai pas pensé à l’endroit de ma mission. Je savais seulement que j’irai où il sera nécessaire ou bien où je serai utile selon ce qu’a dit notre fondateur St. Daniel Comboni: « pour les plus pauvres et les plus abandonnés ». Pour moi l’endroit ne comptait pas beaucoup. En termes d’endroit, je suis ouverte à ce que Dieu prépare pour moi, parce que j’ai confiance qu’il choisir mieux que moi, que Dieu sait  mieux que moi.

    Comme Mouvement International des Laïcs Missionnaires Comboniens nous avons déjà plusieurs communautés internationales en Afrique: en Éthiopie, en Ouganda, au Mozambique, en République centrafricaine, en Zambie et aussi en Amérique du Sud. Nous nous occupons tout d’abord de ces lieux où nous sommes installés pour travailler, mais nous pouvons aussi aller ailleurs au besoin.

    Le choix d’un endroit tient compte de la profession, la préférence de la personne qui quitte, mais bien sûr aussi la nécessité de l’église locale, la priorité est les lieux de la première évangélisation et le meilleur des plus pauvres, assurer la continuité des communautés.

    Il est également important que la décision soit partagée par la personne et l’équipe de coordination de leur pays.

    Mais je devait soit l’Afrique soit l’Amérique du Sud. Au cours de ma formation j’étais en Ouganda pour un mois et c’etais ma première expérience de l’Afrique. Je pense Afrique est devenu proche de mon cœur.

    J’ai connu les situations de nos communautés, et je savais qu’en République centrafricaine les gens n’ont pas le travail.

    Mais aussi on a parlé de la situation politique difficile, instable et dangereuse.  De plus, je savais aussi que je devais apprendre la langue le français.

    Ce n’etais pas une décision facile, je dirai même difficile. Vous pouvez choisir quelque chose de plus sûr et plus facile. Mais, est-ce mon choix est facile? Est-ce je vais pour ce que Dieu m’appelle?  On sait que faire la volonté de Dieu ne pas facile humainement.  Mais je suis sûr avoir choisi le meilleur.

    Donc, j’ai choisi comme pays de mission, j’ai décidé aller de en République centrafricaine.

    1. Ou’avez-vous appris pendant votre sejour, les 3 mois du Congo et de l’eglise de Kinshasa en particulier?

    En particulier, si je suis au Congo c’est pour apprendre la langue il fallu de la patience pour moi-même. D’ailleurs, tous les jours j’ai appris à vivre la réalité quitté en Pologne et c’était parfois difficile. Pourquoi, parce que maintenant, dans à de l’internet nous avons la facilité d’être communication permanent avec ma famille, avec mes amis en Pologne, étant loin nous pouvons être proche.

    Pour moi, la mission est avant tout vivre avec les gens. Par les conversation que j’ai appris à connaître la réalité à laquelle j’ai été envoyé, ce autrement la mission c’est quitté ta réalité pour vivre une autre réalité.

    Je pense, l’avenir montrera ce que j’ai appris au Congo et est-ce j’étais un bon élève ?

    Une autre chose très importante, pendant mon séjour à Kinshasa j’ai appris aussi l’ouverture  à ce qui est nouveau. Bien que cela est different en Pologne.

    1. Ou el message avez-vous à l’endroit des jeunes et surtout des laïcs Africains ?

    Cherchez le Seigneur dans votre vie chaque jour, dans tout ce que vous-faitez découvert ce qu’il a préparé pour vous.

    Jeunes, vivez solen le plan de Dieu parce que cela est la meilleur.

    Nous savons que la vie ne se sauret pas sur cette terre, mais il est seulement une étape.

    Suviennez-vous que vous n’êtes pas seuls. Malgré la souffrance quand tu vus dans la solitude, Dieu est toujours présent.

    N’ayez pas peur de vivre avec passion et faitez ce que vous aimez.

    Une autre chose que mon évêque m’a dit avant d’aller en mission: « ni la foi ni la science, mais seulement l’amour qui nous aidera à connaître et à l’expérience de Dieu » Et nous devons dire ça à d’autres personnes parce que c’est le plus important et le premier commandement de Dieu.

    Moi aussi je recommande cela à tout le monde.

    1. Quel plat congolais vous plait le plus ?

    J’aime du poisson, en particulier du poisson salé et aussi du pondu, bien sûr préparé par Irene. Irene est une laïque combonienne de Kinshasa, qui m’a offert l’hospitalité pendant mon séjour ici.

Anna Congo

Merci beaucoup

Anna Obyrtacz LMC

Une nouvelle LMC polonaise

Le 10 Octobre  nous avons célébré dans la maison Comboni á Cracovie,  non seulement la fête de Saint Daniel Comboni, mais aussi l’adhésion  de Monika Krason aux LMC.  Elle a eu lieu au cours de la Sainte Messe, célébrée par le Père Gianni Gaiga, le représentant du Vicaire général, avec  les communautés Comboniennes de Varsovie et de Cracovie, leurs familles et aussi quelques LMC. Le moment le plus important pour Monika a été la prière, un acte où elle a exprimé sa décision libre et consciente de se joindre aux LMC. Elle a exprimé sa gratitude pour la vie, la vocation et les dons que Dieu lui a donnée. De plus elle a mentionné les difficultés dans le choix de la vocation et comme l’exemple de St. Daniel Comboni l’a aidé à opter pour les missions. Il a été un moment très beau et touchant. Cet événement est devenu pour beaucoup de gens une occasion de réflexion et arrière-pensées au sujet de leur propre vocation.