Laïcs Missionnaries Comboniens

Le cœur de Jesús – la mission à partir de la compassion

Corazon de Jesus Comboni

Touché par la compassion, il étendit la main, le toucha et lui dit: “Je le veux, sois guéri!” (Mc 1,41)

Cette action de Jésus, simple, est pleine de signification et elle exprime avec force son attitude envers les marginalisés. Elle est aussi une action de rébellion contre l’injustice, basée sur un système socioreligieux d’exclusion. Ainsi le Père se révèle à nous (Col 1,5), dans un Fils qui, en parcourant les routes de la Palestine, ose toucher un lépreux pour le guérir. Marc, déjà dans le premier chapitre, nous révèle la manière d’aimer du Christ, avec un cœur qui déborde de compassion, le visage du Dieu visible qui l’a envoyé (Mc 1,1).

La dévotion au Cœur de Jésus est, dès les origines de notre Institut, une source de spiritualité où notre mission est fortement enracinée. Par elle nous entrons dans l’intimité de la personne de Jésus, dans ses attitudes, dans ses désirs et dans la vision du monde nouveau que les Béatitudes annoncent. Pour cela leur contemplation nous révèle le noyau de notre vie consacrée: la centralité de l’amour de Dieu qui est la clef de lecture de l’Histoire du Salut. Un amour qui s’incarne et qui se définit comme passion totale pour l’humanité (AC 2015, n. 22). Pour approfondir ce mystère, la prière personnelle est un espace qualifié parce qu’elle est une rencontre intime avec Jésus dans l’humilité. Cela devient ainsi une expérience de pardon, d’accueil et de gratuité, qui nous transforme et nous façonne selon son Cœur.

Le Cœur transpercé du Bon Pasteur nous appelle au don constant de nous-mêmes, avec tout ce que nous sommes. La mission est s’offrir soi-même sans rien attendre de retour, elle est vider sa vie pour les autres. C’est cela notre consécration: faire de notre vie un instrument de la miséricorde du Père incarnée dans le charisme donné à Comboni. Notre histoire, avec ses limites et ses incohérences, nous laisse des témoignages forts de confrères qui ont donné leur vie jusqu’au bout pour la cause de l’Evangile. Des hommes qui se sont laissés modeler dans un parcours de conversion permanente à travers l’expérience de la relation avec l’amour du Père, pour devenir pain pour les affamés et espérance pour les désespérés (AC 2015, n. 14).

Marc nous parle de la vie d’un homme qui a comme caractéristique principale la compassion, parce que celui-ci est le visage que le Père a voulu nous montrer. Son attention pour les plus pauvres devient ainsi un élément constitutif de la mission de l’Eglise. Un aspect qui est clairement présent en Comboni (S 2647). La contemplation du Cœur de Jésus nous pousse vers une proximité particulière avec les exclus et nous appelle à les chercher dans de nouveaux domaines, là où la vie est marginalisée. En même temps notre style de vie, qui peut être un obstacle au dynamisme et à la flexibilité de la mission aujourd’hui, est remis en discussion. Toute notre vie et notre réflexion doit partir du bas, du contact avec l’humanité clouée sur la croix. Celle-ci est l’expression la plus radicale du don total du Fils et elle est présente encore aujourd’hui dans quelques Pays où nous œuvrons, qui subissent la guerre ou d’autres formes de violence. Notre présence missionnaire est un signe de l’amour qui jaillit du Cœur de Jésus (RV 3.3).

Comboni, un homme marqué par l’expérience religieuse de son temps, a développé sa propre dimension missionnaire de la spiritualité du Cœur de Jésus. Le don total du Père dans le Fils est un signe d’amour qui nous ouvre à une espérance nouvelle. Le Règne est un programme de libération de la vie en plénitude (S 3323). Cette conviction profonde le conduisit à parcourir des milliers de kilomètres sur le Nil et au désert, en mettant en danger sa vie pour que le Christ transpercé soit une source de vie même pour ceux qui sont le plus éloignés. L’audace de notre Fondateur pour ouvrir de nouvelles frontières de l’évangélisation fait partie de notre spiritualité et de notre mission. La revisitation de notre Règle de Vie est aussi une opportunité pour grandir dans la passion pour l’Evangile à la recherche des oubliés.

Les défis du monde d’aujourd’hui rendent notre mission urgente. Nous vivons des temps pleins d’attentes et de désirs de nouvelles structures politiques, économiques et sociales. Il y a une recherche profonde et sincère de sens, mais qui tombe facilement dans des réponses éphémères qui portent seulement à l’aliénation ou au nihilisme. La folie de l’Evangile (1 Cor 1,25) transforme le cœur et le monde; notre Institut continue à être appelé à cheminer avec la compassion de Jésus pour toucher les lépreux d’aujourd’hui.

Que la fête du Sacré Cœur nous donne la grâce de continuer à grandir dans l’amour.

Le Conseil Général, mccj

 

La messe de promesse d’engagement des Laïcs Missionnaires Comboniens en RDC

Mision CongoLe 15 avril 2018 les Laïcs Missionnaires Comboniens de Kinshasa ont fait leurs promesses d’engagement durant une messe d’action de grâce dite à l’ occasion de leurs 20 ans d’existence.

De 09h à 11h30 La messe s’est faite au sein de la paroisse Saint Jean-Paul II, dite par le Père Joseph MUMBERE provincial des Missionnaires Comboniens du Sacrée cœur de Jésus au Congo, concélébré par le Père Célestin NGORE GALI aumônier provincial des Laïcs, le père Jean-Paul ETUMBA curé de la paroisse Jean-Paul II, Père Jérôme ANAKIESE supérieur du scolasticat B. BAKANJA, le Père Marcello Oliviera Econome Provincial.

Devant une église pleine de fidèle, 38 membres du groupe des Laïcs Missionnaires Comboniens en République Démocratique du Congo, ont fait leur promesse d’engagement à la mission ad-gentes et ad-vitam.

La cérémonie s’est  parfaitement déroulée pour finir en une fête au sein de la maison provinciale des Missionnaires Comboniens du Sacrée Cœur de Jésus au Congo de 13h00 à 16 h00.

Mision CongoEt le 06 mai 2018 au sein de la paroisse Bien heureuse Annuarité de Kisangani, 10 membres des Laïcs Missionnaires Comboniens au Congo / Kisangani ont fait leur promesse d’engagement à la mission ad-gentes et ad-vitam. La messe a également était dite par le provincial des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus au Congo le Père Joseph MUMBERE et concélébré par le curé de la paroisse Mr l’abbé Jacques URODI, l’aumônier le père Augustin FENE-FENE et l’aumônier provincial le père Célestin Ngoré GALI.

La coordonnatrice provinciale des Laïcs Missionnaires Comboniennes était présente et s’est levé pour accueillir les nouveaux membres dans la grande famille Comboniènne et le coordonnateur a pu dire un mot de remercîment.

Merci particulièrement au Père Boniface NGAMBA qui était derrière les caméras et l’appareil photo ce jour-là et merci particulier au frère RAPHA qui nous a accompagnés en prière et à toutes les sœurs Comboniènnes présentes.

Merci à toutes la grande famille combonienne les Pères, Frères, sœurs et laïcs qui œuvres jours et nuit pour la continuité du Charisme Combonien.

Notre engagement en quelques lignes ;

Nous laïcs Missionnaires Comboniens, annonçons la foi en la Résurrection du Christ, nôtre espérance et notre joie.  Christ nous appelle à être, à son exemple, la lumière dans les ténèbres du monde, la lueur d’espoir qui scintille dans les décombres de nos réalités sociales.

Notre oui aujourd’hui  à la mission est à l’image de la  Ste vierge Marie, un oui pour toujours quelles qu’en soient  les difficultés, notre oui au charisme de St Daniel Comboni, est à son image une donation à Dieu pour les plus pauvres et les plus abandonnés.

Mision CongoKIMBUINI KILOLO Tiffany

Coordonatrice Provincial des LMC en RDC

Compte rendus de la marche pacifique des chrétiens à kinshasa le 21-01-2018

marchacongoA Kinshasa capitale de la République Démocratique du Congo la marche pacifique des chrétiens a était confirmé le 19 janvier par le comité de coordination des laïcs catholique, pour le dimanche 21 janvier 2018.

Par cette marche nous exigeons au pouvoir en place l’application sans faille de l’accord de la St sylvestre  du 31 Décembre 2016 ainsi que le respect de la constitution, gage la stabilité et de la cohésion nationale.

Dimanche 21 janvier 2018 dès notre arrivé dans nos paroisses nous avons constaté la forte présence de la police d’intervention rapide (PIR) encerclant nos paroisses. Ils étaient nombreux et lourdement armé.

A la fin de la messe, aux alentours de 09h30 et 10 h  pour d’autres nous avons débuté notre marche pacifique, ils ont tenté de nous disperser dès les premiers pas fait devant la porte de nos églises a coup de gaz lacrymogène et à bal réel  … écroulement …. Il y a eu des blessés une aspirante est morte sur place ayant pris deux balles à la poitrine. Nous étions à terre tenant en mains chapelets, bibles, crucifix  et rameaux.  15 min après nous étions debout se mobilisant pour emmener les blessés aux urgences. Dans cette foule immense, face à nos bourreaux se qui ont pu se tenir debout ont épousseté leurs vêtements pour continuer la marche.

Il y avait des barrages de la police partout à chaque barrage les violences et brutalités étaient plus fortes, après 45 min de marche la police a fait une barrière devant nous en nous sommant de rebroussé chemin, nous chantions des cantiques et le prêtre qui était au-devant de la foule a demandé aux fidèle de s’agenouiller pour prier le magnificat, en cette instant précis où nous nous sommes tous mis a terres les policiers se sont mis à tirer et à lancer des gaz lacrymogène dans ces torrent de fumer ils sont parties avec les prêtres, les acolytes et les jeunes qui s’interposaient a cette arrestation.

Et pendant ce temps dans nos paroisses les prêtres avaient déconseillés  la participation à la marche aux les personnes qui étaient très âgées ou faible par maladie ou autre raison ainsi que les enfants. Ils étaient sensé resté prier un petit moment pour ceux qui allaient marcher, puis rentrer chez eux toutes ces personnes ce sont emprisonner dans la paroisse par les policier, ils ont de force fermé de l’extérieur toutes les portes de la paroisse obligeant aux chrétiens de resté dedans jusqu’à 13h00.  Toutes ces personnes faibles sont donc resté plus de 6 h dans l’enclos de la paroisse sans eaux nie nourritures.

Au  retour des fidèles manifestant à la paroisse pour clôturer la marche, nous avons fait un constat amère le l’emprisonnement des chrétiens dans leurs propre paroisse, tentant de casser les cadenas mis par la police pour non seulement libérer ceux qui était de dans mais aussi entré pour faire la prière final, les policier se sont mis a tires et a violentés les jeunes il y a eu un grand affrontement durant près de 30 min.

Ensuite les gens courraient dans tous les sens toujours sous les tirs de la police, pour faire le suivis de ceux qui était arrêté, ceux qui étaient enlevé chez eux en cour de chemin par des hommes en tenus, veux qui étaient blessés et conduits dans des hôpitaux, la journée est resté agités jusqu’à 16 h et après elle était froide et angoissée, aux alentours de 19 h ils avaient enlevé leurs barrages.

Nouvelles de Kinshasa

Congo

Bonsoir,

Je voudrais partager avec vous  le réveillon que nous avons eu en République démocratique du Congo.

Le jeudi 28 Décembre de Comité des laïcs de coordination Catholique en RDC à confirmer que le 31 décembre 2017, aura lieux une marche pacifique pour protester contre le pouvoir en place.

Ainsi la matinée du dimanche 31 décembre 2017 Dans notre paroisse St Michel qui se trouve dans la commune de bandalungwa, à Kinshasa  en RDC, nous avons participé à la messe de 06h30, la première messe. Aux alentours de 07h30 nous avons entendus un bruit assourdissant dans l’enclot de la paroisse dans l’espace d’une minute, des bombes lacrymogène se sont mis à exploser à l’intérieur de l’église. Ca explosé de partout les militaires s’étaient introduit dans la parcelle paroissiale  et nous bombardé  à l’intérieur. Puis ils se sont mis devant les deux sorties principales  de l’église et ont ouvert le feu à bal réel,  nous sommes resté prêt de 30 min piégé dans l’église, les prêtres aidés les gens en les faisant sortir par la sacristie, une fois dans la cure nous avons mis de l’eau et margarine sur nos yeux  puis ont conduit les urgences à l’hôpital.

30 min après le prêtre a continué la messe avec ceux qui étaient moins touchés. Nous avons fini  à 10 h puis avons commencé malgré tout notre marche.

Il y avait plusieurs barrages et à chaque barrage nous étions brutalisé, les militaires tirés des coups de feux pour tenter de nous éparpiller,  à chaque fois que les militaires s’approcher nous nous mettions à genoux certain face contre terre c’était les directives donner, puis ils essayé d’enlever des personnes, ou fouetter les jeunes, alors on entouré  la personne pour que les militaires ne partent avec. Dieu merci chez nous il n’y a pas eu d’enlèvement mais ailleurs si.

Ils se mettaient à insulter l’église, le pape mais surtout le Cardinal, nous avons répondus en chantons des quantiques à la vierge Marie, alors ils se sont mis à nous bombarder avec des bombes lacrymogènes le choc était terrible car ils se tenaient a moins de 2 m de nous et nous étions une foule de toutes âges confondus, les gens tombés, se blessés, étaient fouettés et brutalisés.

Le prêtre est resté debout  tenant la croix en main faisant le magnificat, une fois fini nous avons fait demis tour avec lui jusqu’à la paroisse St Charles lwanga ou nous avons clôturé la marche vers 13h00.

La journée est resté timide et froide, il y avait des militaires partout et aucun mouvement tout était fermé, il y a eu une timide circulation vers 18h et ensuite 22h00 il a plu jusqu’au petit matin.

Il y avait plusieurs blessés, j’étais moi-même touché aux jambes, Dieu merci ça commence à aller mais je suis encore en repos médicale.

Merci de prier pour nous et tous les pays en difficultés.

Congo
Les manifestants devant la police le 31/12/2017 à Kinshasa lors de la marche initiée par le Comité laïc de coordination (CLC). Radio Okapi/Ph. John Bompengo