Laïcs Missionnaries Comboniens

Message du Pape François Pour la Journée Mondiale des Missions 2017

PapaFrancisco

La mission au cœur de la foi chrétienne

 

Chers frères et sœurs,

Cette année également, la Journée missionnaire mondiale nous rassemble autour de la personne de Jésus, « le premier et le plus grand évangélisateur » (Bienheureux Paul VI, Exhortation apostolique Evangelii nuntiandi, n. 7), qui, continuellement, nous envoie annoncer l’Evangile de l’amour de Dieu le Père dans la force de l’Esprit Saint. Cette Journée nous invite à réfléchir à nouveau sur la mission au cœur de la foi chrétienne. En effet, l’Eglise est missionnaire par nature. Si ce n’était pas le cas, elle ne serait plus l’Eglise du Christ mais une association parmi tant d’autres qui, bien vite, finirait par épuiser son but et disparaître. C’est pourquoi nous sommes invités à nous poser un certain nombre de questions qui touchent notre identité chrétienne même et nos responsabilités de croyants dans un monde confus par tant d’illusions, blessé par de grandes frustrations et lacéré par de nombreuses guerres fratricides qui frappent injustement les innocents en particulier. Quel est le fondement de la mission ? Quel est le cœur de la mission ? Quelles sont les attitudes vitales de la mission ?

La mission et le pouvoir transformant de l’Evangile du Christ, Chemin, Vérité et Vie

1. La mission de l’Eglise, destinée à tous les hommes de bonne volonté, est fondée sur le pouvoir transformant de l’Evangile. L’Evangile est une Bonne Nouvelle qui porte en soi une joie contagieuse parce qu’il contient et offre une vie nouvelle : celle du Christ ressuscité qui, en communiquant son Esprit vivifiant, devient Chemin, Vérité et Vie pour nous (cf. Jn 14, 6). Il est le Chemin qui nous invite à Le suivre avec confiance et courage. En suivant Jésus comme notre Chemin, nous faisons l’expérience de la Vérité et nous recevons sa Vie, qui est pleine communion avec Dieu le Père dans la force de l’Esprit Saint, nous rend libre de toute forme d’égoïsme et se trouve être source de créativité dans l’amour.

2. Dieu le Père veut une telle formation existentielle de ses fils et de ses filles ; transformation qui s’exprime en tant que culte en esprit et en vérité (cf. Jn 4, 23-24), par une vie animée par l’Esprit Saint à l’imitation du Fils, Jésus, à la gloire de Dieu le Père. « La gloire de Dieu est l’homme vivant » (Saint Irénée de Lyon, Adversus haereses IV, 20, 7). De cette manière, l’annonce de l’Evangile devient parole vivante et efficace qui met en œuvre ce qu’elle proclame (cf. Is 55, 10-11) c’est-à-dire Jésus Christ, qui se fait continuellement chair dans toute situation humaine (cf. Jn 1, 14).

La mission et le kairos du Christ

3. La mission de l’Eglise n’est donc pas la diffusion d’une idéologie religieuse et pas même la proposition d’une éthique sublime. De nombreux mouvements de par le monde savent produire des idéaux élevés ou des expressions éthiques remarquables. Par le biais de la mission de l’Eglise, c’est Jésus Christ qui continue à évangéliser et à agir, et par suite elle représente le kairos, le temps propice au salut dans l’histoire. Par l’intermédiaire de la proclamation de l’Evangile, Jésus devient toujours à nouveau notre contemporain, afin que ceux qui l’accueillent avec foi et amour fassent l’expérience de la force transformatrice de son Esprit de Ressuscité qui féconde l’être humain et la Création comme le fait la pluie avec la terre. « Sa résurrection n’est pas un fait relevant du passé ; elle a une force de vie qui a pénétré le monde. Là où tout semble être mort, de partout, les germes de la résurrection réapparaissent. C’est une force sans égale » (Exhortation apostolique Evangelii gaudium, n. 276).

4. Rappelons-nous toujours que « à l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive » (Benoît XVI, Encyclique Deus caritas est, n. 1). L’Evangile est une Personne, qui s’offre continuellement et continuellement invite ceux qui l’accueillent avec une foi humble et laborieuse à partager sa vie au travers d’une participation effective à son mystère pascal de mort et résurrection. L’Evangile devient ainsi, par le Baptême, source de vie nouvelle, libérée de la domination du péché, illuminée et transformée par l’Esprit Saint ; par le biais de la Confirmation, il devient onction fortifiante qui, grâce à ce même Esprit, indique des chemins et des stratégies nouvelles de témoignage et de proximité ; et par l’intermédiaire de l’Eucharistie, il devient nourriture de l’homme nouveau, « remède d’immortalité » (Ignace d’Antioche, Epistula ad Ephesios, 20, 2).

5. Le monde a essentiellement besoin de l’Evangile de Jésus Christ. Au travers de l’Eglise, il continue sa mission de Bon Samaritain, en soignant les blessures sanglantes de l’humanité, et de Bon Pasteur, en cherchant sans relâche celui qui s’est égaré sur des chemins tortueux et sans but. Et, grâce à Dieu, les expériences significatives témoignant de la force transformante de l’Evangile ne manquent pas non plus. Je pense au geste de cet étudiant Dinka qui, au prix de sa propre vie, protège un étudiant de la tribu Nuer destiné à être tué. Je pense à cette Célébration eucharistique, à Kitgum, dans le nord de l’Ouganda, alors ensanglanté par la férocité d’un groupe de rebelles, lorsqu’un missionnaire a fait répéter aux personnes les paroles de Jésus sur la croix : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? », en tant qu’expression du cri désespéré des frères et des sœurs du Seigneur crucifié. Cette célébration fut pour le peuple source de grande consolation et de beaucoup de courage. Et nous pouvons également penser aux nombreux, aux innombrables témoignages de la manière dont l’Evangile aide à surmonter les fermetures, les conflits, le racisme, le tribalisme en promouvant partout et entre tous la réconciliation, la fraternité et le partage.

La mission inspire une spiritualité d’exode continuel, de pèlerinage et d’exil

7. La mission de l’Eglise est animée par une spiritualité d’exode continuel. Il s’agit de « sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Evangile» (Exhortation apostolique Evangelii gaudium, n. 20). La mission de l’Eglise stimule une attitude de pèlerinage continuel à travers les différents déserts de la vie, à travers les diverses expériences de faim et de soif de vérité et de justice. La mission de l’Eglise inspire une expérience d’exil continuel, pour faire percevoir à l’homme assoiffé d’infini sa condition d’exilé en chemin vers la patrie définitive, tendu entre le « déjà » et le « pas encore » du Royaume des Cieux.

8. La mission dit à l’Eglise qu’elle n’est pas une fin en soi mais un humble instrument et une médiation du Royaume. Une Eglise autoréférentielle, qui se complait de ses succès terrestres, n’est pas l’Eglise du Christ, son corps crucifié et glorieux. Voila pourquoi nous devons préférer « une Eglise accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Eglise malade de la fermeture et du confort de s’accrocher à ses propres sécurités» (ibid., n. 49).

Les jeunes, espérance de la mission

9. Les jeunes représentent l’espérance de la mission. La personne de Jésus et la Bonne Nouvelle qu’il proclame continuent à fasciner de nombreux jeunes. Ils cherchent des parcours au travers desquels mettre en œuvre le courage et les élans du cœur au service de l’humanité. « Nombreux sont les jeunes qui offrent leur aide solidaire face aux maux du monde et entreprennent différentes formes de militance et de volontariat […].Qu’il est beau que des jeunes soient “pèlerins de la foi”, heureux de porter Jésus dans chaque rue, sur chaque place, dans chaque coin de la terre ! » (ibid., n. 106). La prochaine Assemblée générale ordinaire du Synode des Evêques, qui se tiendra en 2018 sur le thème « Les jeunes, la foi et le discernement des vocations », se présente comme une occasion providentielle pour impliquer les jeunes dans la responsabilité missionnaire commune qui a besoin de leur riche imagination et de leur créativité.

Le service des Œuvres pontificales missionnaires

10. Les Œuvres pontificales missionnaires constituent un instrument précieux pour susciter en chaque communauté chrétienne le désir de sortir de ses propres frontières et de ses propres sécurités et de prendre le large pour annoncer l’Evangile à tous. Au travers d’une profonde spiritualité missionnaire à vivre au quotidien, d’un engagement constant de formation et d’animation missionnaire, des adolescents, des jeunes, des adultes, des familles, des prêtres, des religieux et des religieuses, des Evêques sont impliqués afin que grandisse en chacun un cœur missionnaire. La Journée missionnaire mondiale, promue par l’Œuvre de la Propagation de la Foi, constitue l’occasion propice pour que le cœur missionnaire des communautés chrétiennes participe par la prière, le témoignage de la vie et la communion des biens afin de répondre aux graves et vastes besoins de l’Evangélisation.

Etre missionnaires avec Marie, Mère de l’évangélisation

11. Chers frères et sœurs, soyons missionnaires en nous inspirant de Marie, Mère de l’Evangélisation. Mue par l’Esprit, elle accueillit le Verbe de la vie dans la profondeur de son humble foi. Que la Vierge nous aide à dire notre « oui » dans l’urgence de faire résonner la Bonne Nouvelle de Jésus à notre époque ; qu’elle nous obtienne une nouvelle ardeur de ressuscités pour porter à tous l’Evangile de la vie qui remporte la victoire sur la mort ; qu’elle intercède pour nous afin que nous puissions acquérir la sainte audace de rechercher de nouvelles routes pour que parvienne à tous le don du salut.

Du Vatican, 4 juin 2017
Solennité de la Pentecôte

François

 

 

Convention à l’ occasion du 150eme du « Plan de régénération pour l’Afrique »

congreso RomaAFRIQUE, continent en marche

Chers amis, participant à la convention des 13-14-15 mars “Afrique en marche” organisée à l’occasion du 150ème du “Plan pour la régénération de l’Afrique de notre fondateur S. Daniele Comboni, je vous offre comme réflexion le résumé final de Fulvio de Giorgi qui saisit la substance du travail de ces trois jours vécus intensément et joyeusement dans l’échange et la rencontre de toute la famille “Comboni”.

La convention s’est terminée avec la célébration eucharistique célébrée par S.E. Cardinal Fernando Filoni.

Nous remercions la mère générale Luzia Premoli qui a débuté le travail en nous donnant la bienvenue et en nous exposant le programme de ces jours. Nous remercions également le père général Enrique Sanchez Gonzalez qui a clos les travaux avec une invitation à développer dans notre vie et dans notre mission les réflexions qui ont émergé de la convention. Nous avons fait ensemble un chemin comme une opportunité pour respirer un air nouveau, frais, un air qui, nous le reconnaissons est en phase de changer l’humanité et ceci, nous ne pouvons le nier. Maintenant, partant de cette nouvelle sensibilité, dit père Enrique, le rêve de Comboni se révèle beau, actuel et un grand défi.

Rappelons que l’Afrique n’a pas besoin de bienfaiteurs car elle suffit à elle même et est toujours plus consciente de soi; nos missionnaires s’en rendent compte sur le terrain.

Ce n’est pas accidentèlement que nos institutions se revigorent à travers tant de frères qui arrivent de l’Afrique et ceci démontre combien est véridique de “Plan de Comboni”.

congreso RomaL’Afrique doit devenir protagoniste de son histoire.

Le don reçu de Comboni n’est pas seulement pour lui mais pour tous ceux qui, après lui, vivent la force de l’Esprit que lui détenait.

Pourquoi l’Afrique possède-t-elle quelque chose que personne d’autre n’a? Elle a une vie personnelle et un don particulier, précieux pour toute l’humanité. Cela ne peut s’expliquer, cela doit être vécu, c’est une expérience d’amour.

De ce fait, je souhaite à tous de continuer ce chemin, de continuer cette expérience d’amour avec une nouvelle fraicheur pour une nouvelle jeunesse africaine.

Je vous laisse donc ce beau résumé sur les thèmes de la Convention organisée par Fulvio De Giorgi et que j’ai emportée à la maison pour la partager avec vous.

Salutations et bonne mission à tous.

Rosanna Braglia, LMC Italia

 

congreso RomaEn voyant tout ceci, si Daniele Comboni était là, il aurait le coeur plein de consolation et de joie en voyant l’Afrique grandie de la sorte. Voir les fils et les filles de ses instituts impliqués dans ce grand projet.

Voir son rêve, d’une part réalisé avec tant de fruits, aussi et surtout dans la laicité des femmes; et d’autre part trace pour les intuitions à suivre encore dans le futur.

Ceci est le fruit principal de notre Convention qui continue à nous appeler à un tournant. Il est fondamental de le dire, comme beaucoup de monde l’a déjà souligné: nous ne devons plus jamais avoir “un regard négatif, catastrophique et triste sur l’Afrique”.

Le pape François nous rappelle que “Seul peut être missionnaire celui qui cherche le bonheur dans son prochain”.

En partant de la pensée de Comboni qui disait: “C’est le Sacré Coeur de Jésus qui m’aide à surmonter toutes les énormes difficultés afin de réaliser mon “Plan de régénération de l’Afrique avec tous les éléments qui caractérisent la culture et l’esprit de l’Afrique elle-même!”.

Les mots clés sont : “Plan” et “Coeur”

Premier mot “Plan”. Qu’est-ce qu’un plan ? C’est un projet qui met à l’épreuve les capacités critiques de chacun et qui emploit les volontés soutenuent par une grande espérance.

Tous sont appelés, de tous continents, à décoloniser notre espérance, nos projets, nos plans, nos regards; en les confiant à un espoir plus grand que nous et qui nous soutient dans les fatigues.

La décolonisation du regard rend limpide notre oeil et nous fait voir une Afrique qui continue à grandir et à laquelle l’Europe peut-être partenaire des facteurs positifs.

Une nouvelle Renaissance africaine est en place.

L’Europe est appelée à coopérer en cheminant amicalement ensemble.

L’Afrique des africains nous a dit vouloir vivre pleinement sa vie, aux côtés de tous les peuples.

Donc, en décolonisant le regard et en surmontant les stéréotypes, la diaspora et l’émigration transcontinentales dans toutes les directions sont une ressource, malgré qu’elles soient causées par des déséquilibres internes au pays dérivants de grandes souffrances.

Cependant, il est important de ne pas les fixer pour toujours dans un horizon négatif de mort, mais de les libérer et de les régénérer comme une occasion, une chance pour un monde multiple et plus beau.

Voilà “plus beau”: les galeries photographiques exposées ici, les sculptures, les films, la musique offerte à l’occasion de cette Convention, nous font constater l’ensemble d’une grande beauté et créativité esthétique qui nous vient du septième art: la cinématographie.

Et comme cela, notre espérance voit mieux la trame positive qui se reconstruit dans un projet et dans un plan qui grandit autour de nous.

“Plan” appelle encore le lissage, c’est-à-dire combler les vallées et abaisser les montagnes, mettre tout sur le même niveau.

Et là, le discours rappelle l’Evangile de Mathieu, celui du Sermon sur la montagne de Jésus; alors que Luc raconte le discours du plateau, et dit aussi “Malheur à vous, les riches….”.

Si nous sommes sur le même plan, nous nous regardons directement dans les yeux, ainsi les injustices, les différences deviennent intolérables. “ Renverser les potentats de leurs trônes et élevé les humbles”, c’est la dynamique du Magnificat.

Nous comprenons ainsi ce qu’a dit Samia Nkrumah (ministre de son pays) qu’il est juste que les africains puissent contrôler leur économie au bénéfice des africains mêmes et qu’ils retrouvent ainsi la voie du panafricanisme.

Aplanir signifie combler les vallées ou les abîmes de la corruption des listes des gouvernements; reconnaître que le chemin de la démocratie africaine doit être autonome, nouveau et différent des formes européennes. Il est certain que cela sera un chemin présentant lumière et ombres, parmi des gouvernements corrompus et dictateurs. De même la faillite des leaderships africaine ne doit pas ralentir la prise de conscience des citoyens, pour améliorer les dirigeants politiques afin qu’ils soient désinterressés pour former des agents de “transformation sociale”, ainsi que le disait Efrem Tresoldi (Nigrizia) en citant Pierli.

Aplanir signifie abattre les montagnes des hostilités et des haines, des guerres internes et montagnes d’armement ainsi que nous la montré Maurizio Simoncelli (Archivio Disarmo); en cherchant toujours la voie aplanie de la paix et de la stabilité comme l’a observé Alfredo Mantica (interventions de l’Italie en Afrique).

Et alors, les Afriques au pluriel, vers lesquelles continue notre chemin sont l’Afrique de la justice, l’Afrique de la paix, l’Afrique de la sauvegarde de la création, l’Afrique des droits.

Mais “plan” signifie aussi qu’il faut mieux “aller lentement”. Celui que connait les lettres qu’écrivait Comboni à ses missionnaires sait qu’il disait: “oui, nombreux sont les missionnaires qui sont pressés, mais vous, allez lentement”.

Eloge de la “lenteur”, si cela veut dire “persévérence patiente, écoute et discernement, marcher ensemble sans laisser personne en arrière”.

Cela signifie donc un plan écclésiologique inclusif et participatif avec un profil féminin comme l’a dit soeur

Luzia Premoli (générale combonienne) et soeur Elisa Kidanè (ComboniFem), qui se réalise dans les communautés de base, ainsi que nous l’a dit le Cardinal Peter Turkson.

A plusieurs réprises, il a été noté l’importance des connaissances historiques afin de dépasser les blessures des vieilles discriminations et des guerres civiles plus ou moins récentes.

Tous les pays et les continents les ont vécues, mais nous devons tous nous dire que pour aller de l’avant, il faut se parler et chercher ensemble une purification de la mémoire et une histoire, si non commune, au moins inclusive des divers points de vue.

Il faut de la patience, de la recherche et non des simplifications hâtives et sommaires.

Patience = aller lentement. Nous aussi, église qui réconcilie et vit comme famille de Dieu, avons le devoir de nous interroger sur l’actualisation des projets du salut de Dieu sur notre vie d’aujourd’hui et sur les responsabilités auxquelles nous sommes appelés.

Le deuxième mot est “coeur”. Le coeur du Christ. Le coeur a deux mouvements fondamentaux, de systole et de diastole.

Dans le coeur de Christ, ces deux mouvements sont l’incarnationisme et l’eschatologisme.

D’un côté l’incarnation. L’Evangile entre et se fait chair dans toutes les cultures d’aujourd’hui pour les faire fleurir à la libération et au salut.

Un Evangile qui pénètre la culture intellectuelle s’incarne aujourd’hui dans la complexité culturelle, dans le pluralisme des identités en évolution, dans les frontières intellectuelles et existentielles, dans les cultures rejetées, dans les métissages culturels croissants. Aujourd’hui l’Evangile a un visage métis.

Cette incarnation sait alors découvrir, accueillir et valoriser, comme l’a dit le théologue Martin N’Kafu, tous les signes du temps, partout où ils sont.

Seulement comme cela on aura une théologie africaine, non parce que réélaborée en Afrique, mais parce qu’elle sait accueillir et faire fleurir toutes les semences du Verbe dispersées dans les cultures, dans les religions africaines, sans exclure aucun tissu culturel, géographique et humain.

Cette incarnation, comme nous l’a dit Cécile Kyenge (parlementaire européenne), cherche la primauté de la vie et par conséquence s’oppose et lutte contre le trafic des êtres humains et contre le nouvel esclavage, c’est-à-dire contre les horizons des violences et morts, dans lesquels Christ lui-même, incarné dans les petits, est violenté et tué.

Lors de l’enculturation au travers de l’incarnation, un grand rôle et une grande responsabilité sont confiés à la communication, aux médias et au journalisme. Père Giulio Albanese et Fabrizio Colombo ont souligné cet aspect, avec les hôtes de la table ronde. Alors une croissance positive de la communication de l’Afrique dans l’intégration digitale et sur papier court sur le réseau, mais en rendant toujours visible et transparente la positivité qui grandit en elle comme “LA PERLE” définie ainsi par soeur Elisa Kidanè, dans le respect profond de la personne.

Il ne s’agit pas, comme dit encore soeur Elisa, de donner la parole à celui qui n’en a pas, mais par contre de ne pas en donner à celui qui en a trop.

Par conséquence, il faut continuer à décoloniser le regard, même dans la presse missionnaire combonienne.

Mais à côté du mouvement de l’incarnationisme, le coeur de Christ a le mouvement de l’eschatologisme, c’est-à-dire la capacité de se détacher de toute injustice, de chaque idole, de tout horizon intra-mondain.

De même que nous tous, les chrétiens de tous les continents, sommes des extra-communautaires dans ce monde, nous sommes dans le monde mais ne sommes pas du monde.

Françoise Kankindi a dit: “Je me sens à la maison à beaucoup d’endroits”. Ceci est beau mais nous pouvons dire plus : “Le Règne duquel nous sommes citoyens, notre vraie patrie, n’est pas en ce monde”.

Je conclus avec une affirmation du 12ème siècle d’un grand mystique, Ugo da S. Vittore: “Celui qui aime son pays n’est qu’un tendre débutant. Meilleur est celui qui aime les pays étrangers autant que son propre pays. Celui-là seul est parfait qui sait aimer son pays avec les yeux d’un étranger.”

J’ai pris cette citation d’un l’essayiste, philosophe et historien français d’origine bulgare [Tzvetan Todorov], lequel l’a prise en prêt à Eduard Said, palestinien qui a vécu aux Etats-Unis, lequel l’a prise à son tour à un auteur allemand exilé en Turquie!

Fulvio De Giorgi